Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Renseignements sur le PAC

La recherche vise à faire du titane une solution de remplacement abordable à l'acier

Cliquez pour agrandir

Le titane est aussi résistant que de nombreux aciers, mais son poids est de 45 p. 100 plus léger. Il peut servir à la fabrication des systèmes d'échappement, des soupapes de moteur et d'autres pièces automobiles qui dureront aussi longtemps que le véhicule. Actuellement, une équipe de chercheurs universitaires met à l'essai des technologies canadiennes qui pourraient transformer ce métal coûteux en une solution de remplacement abordable à l'acier.

Ce projet de quatre ans du Partenariat automobile du Canada (PAC) a été lancé par deux entreprises ontariennes : Kingston Process Metallurgy, de Kingston, et Wescast Industries Inc., de Brantford. L'objectif est d'élaborer et de mettre à l'essai des produits de titane nouveaux et moins coûteux à l'aide du procédé rentable de la métallurgie des poudres – un procédé qui consiste à mélanger des matériaux réduits en poudre fine et à fabriquer des composants complexes.

Le titane est déjà le métal de choix dans les secteurs de l'aérospatiale et de la médecine. Ce « super métal » résistant, léger et anticorrosion peut supporter des températures élevées, ce qui est peut-être sa caractéristique la plus importante. Cela signifie pour les constructeurs d'automobiles que les moteurs peuvent atteindre un nombre de révolutions plus élevé par minute, ce qui en améliore le rendement, en réduit le poids et en accroît l'efficacité énergétique.

Toutefois, le prix élevé du titane en a limité l'utilisation dans le secteur automobile, très soucieux des coûts. Dans ce projet, les partenaires industriels collaborent avec des chercheurs universitaires de la Nouvelle­Écosse et de l'Ontario afin d'élaborer et de mettre à l'essai de nouveaux procédés qui pourraient faciliter la production de poudre de titane et la création de pièces finies dont le prix serait comparable à celui des produits corroyés et moulés.

Les entreprises pensent que les prototypes fonctionnels des diverses poudres feront l'objet d'un essai pilote d'ici quatre ans et que la production commerciale sera lancée d'ici cinq à dix ans. Pour en savoir plus...